processus mis en œuvre

contrat : un contrat délimite chaque zone de projet et précise les responsabilités et bénéfices de l’agriculteur et de Zanbal SARL. Sa durée est de 40 ans. Il est établi après visite de terrain, relevé GPS, inventaire de la végétation en place (stock initial de carbone) et validation par le Chef de village du droit de l’agriculteur sur la parcelle et ses produits.

monitoring : deux fois par an, en janvier – février puis juin, chaque parcelle est visitée par un agent contractuel de Zanbal SARL. Tous les jeunes arbustes sont vus, comptés et classés dans des catégories de taille et de développement. Le monitoring permet la réalisation d’un rapport annuel transmis aux utilisateurs.

le grain de zanbal : au Mali, le « grain » est un espace où se retrouvent en soirée les amis du grain (sorte d’association informelle d’amis très proches). Ça peut être un banc devant le mur de clôture d’une maison. Le grain de zanbal est un groupe WhatsApp (à ce stade) où se retrouvent les parties prenantes du projet pour partager des nouvelles, des idées et des informations opérationnelles. Seuls deux agriculteurs sont connectés à ce stade : ils transmettent aux autres) ; le but est qu’ils le soient tous un jour. Peu présents sur le groupe à ce stade, les utilisateurs seront plus nombreux quand ils y trouveront un intérêt (axe d’amélioration).

certification : en 2015 et 2016, nous avons préparé le Project Design Document, un long travail présentant le projet sous toutes ses facettes, nécessaire à la certification des tonnes de CO2 retirées de l’atmosphère par Gold standard, l’un des meilleurs labels du marché. Un audit a été réalisé par Ecocert en 2016, avant que le projet ne soit validé par Gold standard en 2017. Les autorités maliennes ont été informées régulièrement de l’évolution de ce processus. Il devait permettre d’émettre des Validated Certificates of Emission Reduction à hauteur de plus d’une tonne par arbre, couvrant les quarante ans de Crediting Period du projet. Des Verified Certificates of Emission Reduction devaient quant à eux être émis tous les cinq après audit indépendant sur le terrain. Le label a changé ses principes et a décidé de ne plus émettre ses Validated Certificates of Emission Reduction que pour les cinq années séparant deux audits : comme les arbres séquestrent très peu au départ et que les nôtres sont peu nombreux, la quantité à émettre est pour le moment trop faible. Ce processus ne fonctionne donc pas (la validation du Project Design Document valide juste le caractère vertueux du projet et ses ambitions en termes de séquestration de CO2).

facturation : quand un utilisateur indique son souhait de prise en charge d’une parcelle (100, 200 … arbres plantés et suivis) ou d’un nombre d’arbres inférieur à 100, une facture lui est adressée par Zanbal SARL d’un montant correspondant au nombre d’arbre multiplié par un montant unitaire de l’ordre de 40 € TTC.

flux d’argent : chaque année, le monitoring de janvier – février est utilisé pour calculer la rémunération annuelle du planteur (1€ par arbre et par an, pendant 20 ans, sous réserve de croissance). Un chèque permet un retrait d’argent global depuis le compte bancaire de Zanbal SARL. L’argent est ensuite distribué physiquement dans la commune de chaque agriculteur sous contrat, devant témoins (en général devant d’autres membres de l’association des planteurs). Des transferts via les compagnies téléphoniques seront vraisemblablement préférés prochainement. Les factures aux utilisateurs sont payées par virement bancaire sur le compte de Zanbal SARL à Bamako.

gestion administrative et financière : Zanbal est une SARL de droit malien. Elle est soumise aux obligations des entreprises dans ce pays. Elle est administrée par une gérante, Malienne.

rencontre annuelle : une rencontre annuelle entre les agriculteurs et l’un au moins des associés de Zanbal est réalisée à Konobougou, en général un dimanche matin, jour de marché. Elle fait suite à la visite du plus grand nombre d’agriculteurs et de parcelles possibles, souvent simultanément avec la visite de monitoring de janvier – février. Elle est l’occasion de dresser avec les agriculteurs un bilan de l’année écoulée, de programmer l’année suivante, de partager des projets de long terme. Elle précède le paiement annuel des planteurs. La Covid n’a pas permis sa réalisation en 2021.

site web : vitrine unique du projet (décidément trop « lent » pour Facebook et Instagram). Le site web permet d’entrer en contact immédiatement avec les associés du projet.